Je suis prof et fière de l’être !

e43sgm3hnwwfphqqh_hnpvohhxq250x333

Octobre 2016

Je suis prof … et fière de l’être !

Mon « métier » est formidable ! C’est un « métier » qui m' »habite » … tout le temps ! Je « vis » prof, je « respire » prof, je « suis » prof ! J’aime « être » prof !

« Prof » est une vocation … d’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours été « prof ». Enfant, je me voyais, comme dans un film, être « prof » dans une classe avec des élèves … C’était en moi ! Inscrit dans mes gènes !

Aujourd’hui, depuis 1999, je suis « prof »… En 17 ans, ma passion pour ce métier est toujours aussi forte et elle prend à présent différentes formes. Je suis « prof » en classe depuis 17 ans et j’adore. Mes élèves sont un formidable moteur de vie. Même quand je n’ai pas ou plus la forme, à leur contact, dès le matin, je ressens en moi le plaisir d’être là et ça me rebooste. J’adore leur humour et faire de l’humour avec eux, nos rires, nos relations, notre connivence, nos joies lors de réussites, petites ou grandes, leur intérêt pour ce que je leur ai préparé durant des heures, leur enthousiasme quand on annonce la suite du programme de la journée, leur gentillesse avec leurs petits mots gentils (bon parfois ils sont aussi moins gentils quand ils n’aiment pas ma nouvelle coupe de cheveux), la visite des anciens élèves dans ma classe chaque jour ou leurs bousculades pour me dire bonjour le matin dès que je mets un pied dans la cour de récré … Mon moral remonte … bon c’est sûr qu’en cours de journée la fatigue se fait ressentir de nouveau mais que c’est « bon » d’aimer ce que l’on fait, d’être là, près d’eux et d’aimer çà ! Oui je suis « fatiguée » car mes journées sont longues et ne se limitent pas à mon temps de présence face aux élèves. Je fais du « non-stop » de 8h du matin jusqu’à 18h à l’école (midi repas sur le pouce en corrigeant), puis je rentre le soir et après le repas je m’y remets si je n’ai pas réussi à tout boucler dans la journée, notamment pour corriger les évaluations ponctuelles.

J’aime tellement ce que je fais, que je crée mes propres documents de travail depuis mes débuts et rapidement je me suis mise à partager sur un site puis sur un blog, mes créations. « Le cartable de Séverine » était né ! C’est mon chez moi virtuel, ma deuxième classe … Grâce à cet espace virtuel, j’ai échangé avec des collègues blogueurs et non blogueurs, des documents, des discussions personnelles, des avis professionnels … l’amour de notre métier mais aussi nos difficultés, nos baisses de moral, nos fatigues, nos peines, nos découragements, nos ras le bol aussi … Ce n’est pas toujours facile d’enseigner. C’est un métier qui apporte beaucoup mais qui est aussi usant car il demande beaucoup d’investissement de soi … On ne compte pas nos heures de préparations (le soir, le week-end, les vacances scolaires), de réunions avec les parents (des rendez-vous de plus d’une heure souvent), nos heures de correction … en dehors des heures de classe. Quand on aime on ne compte pas ! Mais surtout quand on veut offrir des supports de qualité qui soient motivants pour nos élèves, des supports variés qui s’inscrivent dans des projets renouvelés chaque année afin de ne pas se lasser et lasser nos élèves … ça demande du temps ! beaucoup de temps !

Alors oui, « chers détracteurs » nous avons beaucoup de vacances mais ces vacances sont très souvent studieuses en ce qui me concerne. C’est un choix ! Mais un choix nécessaire si je veux « intéresser », « motiver », « emmener » mes élèves vers le plaisir d’apprendre.

Ma passion c’est enseigner ! Ma deuxième passion c’est « créer » des documents pédagogiques … bref c’est encore « enseigner ».

D’auteur sur mon blog, sur lequel je partage mes documents pédagogiques, j’en suis venue à créer et à proposer à l’édition mes fichiers …  Quelle fierté tout d’abord … puis quel bonheur de faire ce que j’aime et de le partager avec mes collègues  et mes élèves.

Je lis ou j’entends souvent « mais comment fais-tu pour faire tout ça ? » … Et bien comme toutes les femmes, j’assume mon boulot de maman (trop peu selon mes grandes filles adolescentes), mon boulot de femme de maison et mon boulot de maîtresse d’école. Mais tandis que vous, vous allez vous divertir, vous occuper de vos enfants, les sortir, partir faire les boutiques, faire du sport, etc … et vous avez bien raison ! Moi, je suis chez moi, sur mon ordi, et je cherche, je crée, je partage, je me documente, je passe des heures libres à ma passion : mon travail. Et surtout pendant les vacances scolaires où je peux enfin créer à plein temps. Et non je ne suis pas une extra-terrestre ! Juré ! Rien que dans mon école, nous sommes plusieurs passionnées qui s’investissons beaucoup, pas de la même manière que moi la « geek » de service, certes, mais tout de même qui passons beaucoup d’heures à l’école en dehors des horaires de classe, et ce même durant les vacances scolaires. La passion du métier est loin d’être « mon » petit cas personnel.

Et que dire de mes collègues blogueurs, qui comme moi assument tout cela avec passion ? Ils sont nombreux sur la toile à proposer leur travail, à répondre à vos demandes, à partager leurs bons plans, à ouvrir des discussions pédagogiques intéressantes, à s’ouvrir de leurs réussites, leurs échecs, leurs remises en question … à être là pour les collègues visiteurs ! Nous recevons des messages de remerciements, d’encouragements, de félicitations … et c’est vrai que c’est motivant, agréable, sympathique … souvent. Parfois, nous nous prenons des « claques » … sur nos blogs avec des commentaires agressifs ou sur nos pages Facebook professionnelles … C’est vrai qu’il faut digérer parfois les attaques … Pas toujours facile de prendre de la distance …

J’adore mon métier, oui ! Mais parlons-en des « attaques » … Car ces attaques viennent de partout ! De notre hiérarchie, qui semble oublier la réalité du terrain et qui nous  submergent de demandes administratives en tout genre et qui semblent penser que l’on ne travaille pas assez (pensées bien partagées publiquement par certains politiciens), des journalistes qui ont pour habitude ou presque de déformer la réalité du terrain, « notre » réalité et de nous qualifier de fainéants toujours en grève, de certains auteurs qui pointent certains professionnels de l’éducation connus et reconnus et les fustigent d' »assassins de l’école »,  de certains parents qui à la moindre occasion « cassent » du prof se référant toujours à « ce » ou « ces » profs que l’on n’a pas manqué de croiser et qui étaient « nuls » (bah oui des personnes non investies ou qui ont perdu le goût d’enseigner ou encore au bout du rouleau car justement elles ont trop donné, il y en a dans toutes les professions même à l’école)… Ah ces attaques qu’elles sont parfois douloureuses …

Heureusement, je connais aussi une majorité de parents qui me remercient, qui reconnaissent mon travail auprès de leurs enfants, qui m’encouragent et me suivent dans mes projets, qui valorisent mes réussites, mes efforts, mon investissement. Et que dire de mes élèves … c’est eux qui me font continuer à aimer ce métier quoiqu’il en soit …

J’adore mon métier, oui ! Tellement que parfois, mon corps dit « STOP », tellement je m’investis que j’en arrive au bord du « burn out » … Aimer ce que l’on fait, parfois, c’est dangereux pour soi ! Oui … bon il semblerait que cela soit du passé car je me suis forcée à décrocher ! Je me suis remise au dessin … Que j’adore aussi dessiner … pour mes élèves … Bah oui on ne se refait pas ! Ce sont mes premiers admirateurs et je partage cette passion avec eux. Ils sont toujours pressés de les découvrir ! L’année dernière, je les ai même « initiés ». A partir d’une de mes oeuvres, ils ont fait à la manière de … leur maîtresse.

Quand je vous disais que je vivais, respirais, j’étais prof. Je suis « maîtresse Séverine » et je suis fière de l’être car c’est juste « moi ».

Catégories : Non classé

Un p'tit commentaire ?

Vous aimez ce blog ? Alors cliquez !

%d blogueurs aiment cette page :